Intitulé LA RÉFORME DES LICENCES D’EXTRACTION
Envoi 7 FÉVRIER 925 – HYX
Auteur JULIA DI MARCO, EXPLORATRICE, ADMINISTRATRICE ET IDÉALISTE ; ORGANISATRICE DE RANG II ; FONCTIONNAIRE DE L’OCCM
Résumé
  • LE CONSTAT DES DIFFICULTÉS DE CONTRÔLE DES OPÉRATIONS D’EXTRACTION
  • LES SCÉNARII POSSIBLES
  • LA RÉSOLUTION RETENUE

LES EFFORTS DÉPLOYÉS PAR L’OCCM POUR RÉGULER LES OPÉRATIONS D’EXTRACTIONS SONT DEVENUS INEFFICACES AVEC LA PROLIFÉRATION DES COMPAGNIES. LES AUTORITÉS DU CONSEIL MONDIAL SE SONT RÉUNIES POUR REDÉFINIR LES RÈGLES D’ATTRIBUTION DES DROITS D’EXTRACTION.

Extraits

…  la recrudescence incontrôlée de plateformes transferts (relais indispensables entre les sous-marin récupérant le Krill et les navires qui l’acheminent dans tout Scylla) et les nombreux accidents parfois mortels survenus sur ces infrastructures sans parler des dommages écologiques provoqués par des installations sauvages. En conséquence le  Conseil a décidé de n’homologuer qu’un seul type de plateforme, ces installations seront désormais placées sous la tutelle du Conseil Mondial dont les agents vérifieront la qualité du Krill, le respect des quotas d’exploitation, ainsi que les conditions de sécurité…

Dans ce contexte, une compagnie qui désire exploiter le krill, et donc utiliser les services des plateformes, doit se doter d’un permis d’extraction qui fait mention des niveaux d’énergie journaliers auxquels la compagnie a droit…

Conclusion

Il est vraisemblable que les RI, Tessela et la Beskawa vont soumettre leurs modèles de Plateforme afin de remporter un marché juteux. Par ailleurs, le Conseil Mondial sous-entend par cette politique de quota qu’elle va s’attribuer les surplus d’extraction sous forme d’impôt permettant de financer son fonctionnement. Les bonnes vieilles recettes du MUM appliqué au Krill…